Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Vidéos :
Cris de Jaguars
Cris de Jaguars
Vue depuis le haut du temple IV
Vue depuis le haut du temple IV


Localisation : Guatemala
Date du message : 15/11/2011
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Tikal

Comme je vous en avais déjà un peu parlé dans mon message précédent, je me suis levée très tôt vendredi, à 4h du matin pour être précise, pour partir en excursion à Tikal. Un grand week-end de trois jours donc. Normalement, j’ai cours le vendredi matin, mais comme je suis partie avec l’agence partenaire de l’école, il m’a été possible de rattraper les 4h manquantes. Du coup, cette semaine, j’apprends l’espagnol de 8h à 13h, contre de 8h à 12h d’habitude.

 

Mais je pense que beaucoup d’entre vous doivent se demander depuis un bon moment maintenant ce qu’est donc ce Tikal dont je parle sans arrêt. Il est temps pour moi de vous l’expliquer. À l’époque de la civilisation maya, certains d’entre eux cherchaient un nouveau site pour fonder une cité. Ils vivaient près du lac de Petén Itzá, dans le nord du Guatemala, mais les terres par là-bas n’étaient pas très fertiles. Un peu plus loin de lac se trouvait la jungle de Petén. Il n’y avait pas de réserve d’eau pour les cultures, mais comme les terres étaient nettement meilleures, ils ont décidé de construire des aqueducs et de s’établir là-bas, dans un site que l’on connaît aujourd’hui sus le nom de Tikal. Au milieu de la jungle, les mayas ont alors construit une véritable cité qui aura longtemps dominé le monde maya, et dans laquelle vivaient jusqu’à 100 000 personnes ! Au fil des années, de plus en plus de temples ont été construits – dont le plus célèbre : le Grand Jaguar – jusqu’à ce que la cité décline jusqu’à être totalement abandonnée. La jungle a alors repris ses droits et de la mousse a recouvert les pierres des temples, suivie par de la petite végétation puis des arbres de plus en plus grands. Quand les archéologues ont redécouverts cette cité vers les années 1850, il était impossible de distinguer les pierres sous l’abondante végétation qui avait fini par recouvrir entièrement les bâtiments. Aujourd’hui encore, beaucoup de temples restent à restaurer, et on peut voir ça et là une petite colline pyramidale se dresser sur notre chemin.

Il existe bien sûr beaucoup d’autres sites mayas en Amérique Centrale, mais celui-ci est vraiment considéré comme l’un des plus intéressants de par sa situation géographique au milieu de la jungle. En effet, d’autres sites peuvent avoir des pyramides beaucoup plus grandes, mais elles sont entourées de béton ou dans un cadre beaucoup moins mystique que celui de Tikal.

 

Pour en revenir à mon excursion, en faisant le voyage d’Antigua jusqu’à Florès (une ville « camp de base » pour les touristes souhaitant visiter Tikal), il nous aurait fallu environ 9h. Mais comme nous sommes partis très tôt, nous avons pu nous arrêter régulièrement pour souffler un peu et pour visiter deux ou trois endroits en chemin. Nous avons ainsi marché au milieu d’une plantation de bananes, et avons visité un petit château fort, le Castillo San Felipe, à l’entrée du lac d’Izabal, sur le Rio Dulce, qui servait autrefois à bloquer le passage aux pirates sévissant dans la région. Ce château était vraiment très petit, mais avec plein de petits recoins qui font son charme. Nous avons également pique-niqué dans le petit parc à côté du château, tout en profitant de la chaleur ambiante. En effet, durant tout mon week-end, j’ai eu des températures de environ de 30°C ou plus, ce qui m’a changé des 20-23°C d’Antigua, située à une altitude beaucoup plus élevée (1500m).

Vers 18h30, nous sommes enfin arrivés à Flores, alors que la nuit était déjà tombée. Flores est en faite une sorte de presque île sur le lac de Petén Itzá au charme certain, mais que je n’ai malheureusement pas pu voir de jour car nous sommes repartis le lendemain dès 5h du matin pour aller à Tikal, à environ 1h de route. Le but étant bien sûr d’arriver là-bas dès l’ouverture du parc pour arriver avant tous les touristes et ne pas être accablés par la chaleur. Du coup, on a eu tous les temples quasiment pour nous tous seul, et au moment de partir on a vu plein de groupes de touristes arriver, ce qui changeait complètement l’ambiance du lieu. Un autre avantage d’arriver tôt le matin est qu’il y a plus de chance d’apercevoir la faune locale. En effet, la jungle, ce n’est pas seulement les plantes, c’est aussi une faune particulière : toucans, singes, crocodiles, jaguars,… Quand on a demandé au guide si c’était vrai qu’il y avait des jaguars par ici, il nous a dit que c’était totalement vrai, mais il nous a aussi dit de ne pas nous inquiéter, car ils dorment le jour et chassent la nuit. Nous ne risquions donc pas de tomber inopinément sur l’un d’entre eux. Aussi, quand depuis le sommet du temple IV nous sous sommes mis à entendre des bruits qui sonnaient manifestement comme des rugissements de fauves, nous nous sommes longtemps demandés s’il s’agissait d’un enregistrement ou bien de jaguars en cage. Mais en redescendant, le guide nous a dit qu’il s’agissait de jaguars en liberté qui avaient une dispute territoriale, et que même si les rugissements nous paraissaient très proches, les jaguars étaient quand même beaucoup plus loin dans la jungle. Il n’empêche que c’était impressionnant ! J’ai aussi eu l’occasion de voir quelques singes et d’entendre le cri d’un toucan, mais je n’ai pas pu apercevoir ce dernier. À un moment, j’ai failli me prendre un petite branche sur la tête parce qu’un gros oiseau s’est envolé brusquement de l’arbre au dessus de moi, mais je n’ai pas pu voir ce que c’était exactement. J’ai juste pu entendre le bruit de ses ailes.

Pouvoir déambuler au milieu de tous ces temples chargés d’histoires – et même pouvoir prendre mon petit-déjeuner sur les ruines – fût une expérience extraordinaire chargée d’émotion et de mysticisme. Je ne l’oublierai jamais !

 

Une fois notre visite de Tikal terminée, nous avons repris la route direction le Rio Dulce et la ville de Livingston pour la deuxième partie du week-end, mais ça je vous le raconterai dans un autre message.



Etapes :
Tikal

Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty