Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Chili
Date du message : 31/07/2012
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Sur la route du Chili

Samedi matin, mon bus pour le Chili partait à 10h30 du terminal de bus d’Uspallata. Mais rappelez-vous, mon hôtel était un peu à l’extérieur du village. Pour pouvoir aller au terminal, il fallait donc que j’attrape l’un des bus passant le long de la route. Ce jour là, il y en avait un à 9h et un à 10h. Je me suis dit que si je visais celui de 10h, je risquais d’être un peu short au niveau temps, pour peu qu’il soit un peu en retard ou au contraire en avance et que je le rate. Dans ce cas-là, il me faudrait appeler un taxi, mais ceux-ci pouvaient mettre jusqu’à une demi-heure pour se pointer. Il était donc plus raisonnable d’essayer d’attraper le bus de 9h. En plus, il me restait des cartes postales à envoyer, et je voulais si possible le faire depuis l’Argentine. Restait à savoir si la Poste était ouverte ou pas. 

C’est déjà 10 minutes avant 9h que je suis sortie de l’hôtel pour aller me stationner le long de la route. J’ai bien fait de sortir aussi tôt, car je n’avais pas encore traversé la route que le bus est arrivé. Heureusement, il m’a vu et s’est arrêté. Quelques minutes plus tard, je découvrais pour la première fois le terminal de bus d’Uspallata. J’aurais dû m’y attendre (mais en fait j’ai été surprise), il n’y avait pas de hall d’accueil où il était possible d’attendre à l’abri du froid.  Du coup, je savais que j’avais 1h30 à attendre dehors, et ça ne m’enchantait guère. En attendant, je me suis mise à la recherche de la Poste, qui était à peine à 5 minutes à pied du terminal. Cependant, en arrivant là-bas, j’ai vu qu’elle n’ouvrait pas avant 10h. J’avais donc le choix entre attendre au froid sur les marches en pierre de la Poste, ou au froid sur les rebords de fenêtre en pierre du terminal de bus. Bref, que ce soit l’un ou l’autre, c’était du pareil au même. J’avais cependant peur que la Poste n’ouvre pas à l’heure, car sinon je risquais de rater mon bus. Mais heureusement, le gars a ouvert pile à l’heure et j’ai eu le temps d’envoyer mes cartes postales avant de retourner au terminal. Là-bas, j’ai attendu que le bus, venant de Mendoza, arrive jusqu’à Uspallata. Il avait 10 minutes de retard. Je n’étais pas plus inquiète que ça car je sais que les bus prennent souvent du retard, mais je n’étais quand même pas rassurée.  


Une fois dans le bus, j’ai pu oublier le froid et profiter des paysages. Au début, il s’agissait bien sûr des mêmes que ceux que j’avais vu la veille, jusqu’à environ 13km de la frontière. À partir de là, c’était de l’inédit. Les montagnes autour de moi étaient encore plus haute et avec encore plus de neige. Rouler dans la vallée à leur pied avait quelque chose de mystique. Je me sentais toute petite au milieu d’elles, avec un sentiment de vénération à leur encontre. 

La frontière entre l’Argentine et le Chili est symbolisée par un tunnel d’environ 3km qui permet de passer sous les montagnes, d’une vallée à l’autre. Alors que nous le franchissions, nous ne nous étions pour le moment arrêtés à aucun poste de frontière, alors que la logique aurait voulue que nous ayons déjà obtenu le tampon de sortie de l’Argentine. Mais en fait, cette frontière est assez particulière de par son organisation : il y a bien un poste frontière de chaque côté, mais il y a les agents d’immigration des deux pays dans chacun d’eux, avec des sièges côte à côte. En fait, les voitures allant au Chili ne s’arrêtent qu’au poste du côté chilien, tandis que les voitures allant en Argentine ne s’arrêtent qu’au poste côté argentin. Du côté chilien, il est donc possible d’obtenir son tampon de sortie d’Argentine à un guichet, puis celui d’entrée au Chili au guichet juste à côté. 

Cette organisation est très intéressante. Mais en revanche, je n’avais encore jamais eu besoin d’autant de temps pour passer une frontière. En soi, les formalités d’immigration ne prennent pas énormément de temps. Mais déjà, il faut attendre son tour en faisant la queue avec les autres bus, et ensuite, c’est surtout le passage à la douane qui prend énormément de temps et qui ralentit tout. De toutes les frontières terrestres que j’avais traversées, je n’avais encore jamais subi de contrôles aussi poussés. Même aux aéroports en fait (sauf en Australie, mais là on rentre dans une autre catégorie). Déjà, tous les passagers du bus ont du s’aligner derrière de petites tables métalliques où on devait poser notre bagage à main. On a ensuite donné notre déclaration de douane dûment remplie, et on ne devait plus bouger de là. En attendant, tous nos gros sacs étaient déchargés du bus et ont été passés aux rayons X. Dans le cas où un sac posait problème, les douaniers demandaient au propriétaire de s’avancer et d’ouvrir le sac. Ensuite, il a fallu attendre que tous les sacs soient rechargés dans le bus. Les douaniers attendaient aussi je ne sais pas quoi, avant d’enfin nous dire de quitter les rangs et de faire passer nos bagages à main aux rayons X, pendant que nous étions soumis au détecteur à métaux. Ce n’est qu’après avoir récupéré notre petit sac que nous pouvions enfin remonter dans le bus. C’était assez surréaliste comme situation. J’avais presque l’impression d’être en prison. 

Une fois le passage à la douane terminé, alors que cela faisait près d’une heure et demie que nous étions arrivés sur place, nous avons pu redémarrer. Le bus a alors entrepris une longue redescente en lacet le long d’autres magnifiques montagnes, avant que nous n’arrivions dans une partie un peu plus plate, les montagnes derrière nous. Nous avons ensuite pris la direction de l’Ouest, afin d’atteindre l’Océan Pacifique et de traverser le Chili dans toute sa largeur, ce que nous avons fait en à peine 2h ou 2h30 environ. Il faut dire que le Chili est un pays à la forme pour le moins particulière. S’il fait 4300 km de long, sa largeur n’est que de 180 km en moyenne. En plus, je l’ai traversé presque à l’endroit le plus fin. Le paysage était alors complètement différent. Pas inintéressant mais il faisait un peu gris, et je n’étais plus hypnotisée, alors je me suis un peu assoupie. 


La destination finale de mon bus était la ville de Viña del Mar, où nous sommes arrivés vers 16h. L’hôtel que j’avais réservé était à environ 12 pâtés de maison du terminal, mais comme je n’avais pas un seul peso chilien en poche, je n’avais pas le choix : je devais marcher. Cependant, dans le bus, le brésilien qui était assis à côté de moi avait halluciné quand je lui avais dit le prix de mon lit en dortoir. En fait, il n’avait jamais dormi en auberge de jeunesse et payait en général environ 40$ pour une nuit à l’hôtel. Du coup, il était intéressé par l’expérience et avait décidé d’aller dans la même auberge que moi. Quand je lui ai dit que c’était super loin et que moi j’y allais à pied parce que je n’avais pas d’argent, il m’a dit que lui allait prendre le taxi, et que je pouvais profiter de sa course. Ça m’a donc économisé 30 minutes de marche avec mon gros sac, je n’étais pas mécontente.

 

Le lendemain, je me suis lancée à la découverte non pas de Viña del Mar, mais de Valparaiso. Pour en savoir plus à ce sujet, vous devrez attendre mon prochain message.


Etapes :
Viña del Mar

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Michèle battisti

le 01/08/2012 à 14:14:22

Coucou Céline, j'ai lu régulièrement tous tes messages avec toujours autant de plaisir et je suis admirative devant ton organisation, ta manière d'appréhender toutes les situations et ta détermination à aller de l'avant ! Et je voyage en même temps que toi ... sur la carte et avec les photos ! C'est magnifique !
Bisous. Michèle

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 02/08/2012 à 00:32:46

Merci de ton commentaire. ça fait toujours plaisir de voir que quelqu'un profite de ce que j'écris.

Répondre à ce commentaire

Par Papa

le 01/08/2012 à 21:47:51

Salut Céline,

Je suis enfin à jour de tes blogs sauf pour l'Equateur.
L'Argentine et le Chili ressemblent étonnamment à des paysages Européens (en tout cas par rapport à ce que tu nous montres sur tes blogs). Je suis également étonné du peu de neige en montagne alors que c'est l'hiver, aurais-tu une explication?

Bisous et bon voyage au Chili dans le désert.

ps de maman: tu es à quelle altitude? quelle température?

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 02/08/2012 à 00:31:32

Effectvement, je trouve aussi que l'Argentine et le Chili ressemblent à l'Europe. Concernant la neige, c'est juste qu'en ce moment il n'y a pas de précipitation. Mais normalement, il y en a beaucoup plus. Par exemple, pour aller au Chili, j'ai longé une station de ski, mais du coup ça ne tournait pas très fort. J'ai rencontré quelqu'un qui avait essayé de faire la traversée vers l'Argentine 15 jours avant moi, mais le bus avait dû faire demi-tour car il y avait trop de neige.
Pour répondre à Maman, je suis pour le moment au bord de la mer, donc pas du tout en altitude. Ce ne sera plus le cas quand je serais dans le désert d'Atacama. Il fait au dessus de zéro, je dirais entre 15 et 20°C le jour, mais la nuit ça descend beaucoup plus bas. Et le chauffage, c'est toujours pas ça.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty