Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Guatemala
Date du message : 27/10/2011
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Santiago Zamora et chicken bus

Tout le monde en parle, on en voit beaucoup dans les rues, mais rien ne vaut l’expérience d’en prendre un. Je parle bien sûr des fameux chicken bus, ou camioneta de leur vrai non. Ce sont les anciens bus de ramassage scolaire des USA qui ont été transformés en transport public. Autant dire que leur mécanique est plus que douteuse et le confort pas toujours au rendez-vous. Rajoutez en plus que quasiment n’importe qui peut se déclarer conducteur de chicken bus de jour au lendemain et la légende est faite. Depuis hier, je peux enfin dire que, ça y est, j’ai pris un chicken bus.

 

En effet, hier après-midi, l’école nous a proposé une activité très intéressante qui consistait en une explication (avec démonstration à l’appui) des us et coutumes de leur communauté. Cette démonstration était faite par un groupe de femme d’un petit village nommé Santiago Zamora, non loin de la ville de San Antonio Aguas Calientes. Or, pour s’y rendre, il nous a fallu prendre un chicken bus. Bon, il nous a quand même récupéré devant l’école et nous a attendus dans le village, où il ne serait pas allé normalement. Mais en chemin, des locaux montaient et descendaient du bus sans aucun problème.

On parle beaucoup du confort rudimentaire de ces bus, mais en fait il y a pire comme banquettes. En revanche, le couloir du milieu est plus qu’étroit. Il faut donc être plutôt mince pour pouvoir se faufiler sans problème à l’arrière du bus. Mais ce qui fait surtout la particularité de ces bus, ce sont les décorations intérieures comme extérieures, et le fait que le conducteur soit toujours associé à quelqu’un d’autre. Cet homme se place toujours au niveau de la porte (qui reste ouverte pendant tout le trajet), sur le marchepied extérieur. Dès qu’il y a des passants, il essaye de recruter des passagers, et il arrive aussi qu’il aille chercher des passagers dans des rues latérales en courant, pendant que le bus ralenti pour franchir un dos d’âne. Si les passagers possèdent des bagages volumineux, c’est encore lui qui va aller les placer sur le toit du bus. Enfin, c’est aussi lui qui va récolter l’argent des passagers. Pas immédiatement, mais dès que le bus est dans un endroit moins fréquenté. En gros, on ne paye pas en montant dans le bus. Juste quand il passe pour nous dire de payer.

 

Mais parlons maintenant de l’activité en elle-même. Les femmes ont commencées par nous montrer, dans un de leurs sites sacrés, un exemple de cérémonie qu’elles peuvent pratiquer, avant de nous emmener dans leur local rempli d’objets fait par leur communauté. Pour nous souhaiter la bienvenue, elles ont dansé pour nous avant de nous expliquer divers coutumes qui avait ou on encore lieu aujourd’hui. Par exemple, autrefois, quand une femme était en âge de se marier, elle portait un tissu bien indentifiable sur l’épaule. Si un homme désirait se marier avec elle, il la suivait et attrapait le tissu. Il demandait ensuite qu’elle le conduise à son père pour qu’il puisse arranger le mariage. La femme n’avait absolument pas son mot à dire. Juste le père. Heureusement, aujourd’hui, les choses ne sont plus ainsi et la femme a le droit de choisir. Ce qui m’a aussi beaucoup étonnée, c’est qu’elles n’étaient pas du tout gênées de nous « jouer une pièce » mettant cela en scène, avec l’une d’entre elle jouant le rôle de l’homme.

Ensuite, elles nous ont aussi appris (mais j’ai déjà tout oublié tellement c’était compliqué) quelques mot dans le langage de la région, avant de nous montrer comment elles faisaient pour tisser les vêtements, moudre le café,… Après quoi, elles ont demandé deux volontaires qui se sont retrouvés à se marier selon les coutumes locales. C’était tordant de rire !

Après tout cela, nous nous sommes essayés à faire des tortillas. Pas la pâte. Juste les aplatir avec les mains pour leur donner une forme arrondie. Si ça a l’air simple quand on les regarde faire, ça l’est beaucoup moins en pratique. En effet, la pâte colle beaucoup aux mains, et il est alors impossible de la décoller sans faire de dégâts. Au final, ma tortilla ressemblait plus à un insecte écrasé qu’à un beau cercle. Et bien sûr, nous avons pu les manger, accompagnées d’un plat typique qui, si je me rappelle bien, s’appelle « Pepian ».

 

Nous n’avons été de retour à Antigua que vers 18h30, mais ce fût une super activité que nous avons tous appréciée.

 

P.S : Je vais vous mettre en plus une photo de moi sur le lac d’Atitlán que j’avais oubliée de mettre dans les messages précédents.



Etapes :
Santiago Zamora

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Papa

le 29/10/2011 à 09:03:13

Salut Céline

Je vois que tu rayonnes de bonheur.Tes balades dans ce petit, mais très sympatique pays ,avec un peuple adorable, sont toujours très enrichissantes pour nous et pour toi.Tu es partie depuis bientôt un mois, je pense que ton niveau d'espagnol devient bon.Moi je suis en vacances pendant une semaine (j'en suis ravi) et les jujus sont à la maison presque toute la semaine.
Gros bisous et continue bien ton séjour au Guatémala.J'ai passé ton blog à Nicole Bresson avec qui j'étais parti au Méxique et au Guatémala il y a déjà pas mal d'années. Ses enfants sont également en vadrouille pour l'un en N-Zélande et pour l'autre du coté du Brésil. Il doit y avoir un virus.

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 31/10/2011 à 15:02:35

Oui je pense que le virus du voyage existe bel et bien !
Quand a mon niveau d'espagnol, il progresse petit à petit. Au niveau des temps de conjugaison, je n'ai plus que l'impératif et le futur simple à apprendre. Il restera aussi le subjonctif après, mais ça c'est une autre histoire. Il me reste maintenant à apprendre encore plus de vocabulaire car c'est maintenant la seule chose qui m'empêche de vraiment pouvoir m'exprimer correctement.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty