Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Brésil
Date du message : 22/08/2012
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Premiers pas officiels au Brésil

Après avoir tout vu des chutes d’Iguazu, il était temps pour moi de retraverser la frontière, pour aller pour de bon au Brésil. C’est ce que j’ai fait vendredi matin. J’ai cependant pris tout mon temps avant de partir car pour une fois, je n’allais pas bien loin. De Puerto Iguazu en Argentine, j’allais à Foz do Iguaçu au Brésil. En tout, cela ne représentait même pas 15 km. Il fallait tout de même passer la frontière, mais cela restait un transfert rapide. 

Mais pourquoi aller à Foz do Iguaçu alors que j’avais déjà vu les chutes de ce côté-là ? Pourquoi ne pas aller directement à São Paulo – qui était ma prochaine destination – sachant que cela était faisable ? Pour plusieurs raisons. Déjà, contrairement à tous mes changements de pays jusqu’à présent, ce cas-ci impliquait aussi la découverte d’une nouvelle langue. J’avais déjà eu un petit aperçu deux jours plus tôt, mais je voulais voir un peu comment j’arrivais à me débrouiller dans la vie de tous les jours avant de me retrouver paumée au milieu d’une ville immense. Foz do Iguaçu, contrairement à Puerto Iguazu, était déjà une grande ville, mais toujours à taille humaine. Du coup, j’allais pouvoir m’entrainer à prendre le bus et tout ça. L’autre raison et non des moindres, c’était que je n’avais absolument aucuns Reals avec moi (la monnaie du Brésil). Et avec les restrictions monétaires qui ont cours en Argentine, je ne pouvais pas m’en procurer depuis là-bas. Or, pour me déplacer à São Paulo, il me fallait nécessairement un peu de monnaie locale. Je ne doutais pas du fait qu’il y ait un distributeur de billets au terminal, mais je voulais éviter à tout prix de retirer des sous comme ça en public et de me trimbaler ensuite avec ça. M’arrêter à Foz do Iguaçu me permettait donc de faire tout ça tranquillement. 


C’est finalement vers 10h30 environ que j’ai attrapé la navette pour Foz do Iguaçu. Comme lorsque j’étais allée voir le côté Brésilien des chutes, le bus s’est arrêté à la frontière argentine. Cette fois-ci, il n’y avait quasiment personne donc s’est allé très vite. Le bus a ensuite franchit le pont passant au dessus du Rio Iguazu, qui s’est vite transformé en Rio Iguaçu une fois passé le milieu du pont. Un peu plus loin se trouvait le poste frontière brésilien. J’espérais que le bus allait s’arrêter et ne pas faire comme la navette pour les chutes avait fait, c’est-à-dire tracer tout droit. J’ai cru un moment que c’était d’ailleurs ce qu’il allait faire, mais en fait il s’est bien arrêté. Pas longtemps cependant, car il m’a laissé sur le bas côté en me donnant un bon pour remonter gratuitement dans le bus suivant (il y en a un tous les quarts d’heure), une fois que j’aurais obtenu mon tampon d’entrée sur mon passeport. Comme ça, tous les argentins et brésiliens qui ont le passage libre pouvaient continuer sans que je ne les retarde. C’est pas mal comme système. Bon, j’ai quand même eu du mal à trouver où était le bon guichet, mais j’avais déjà fini toutes les formalités quand le bus suivant est arrivé.


Je savais que la destination finale du bus était un petit terminal situé au centre-ville, mais à plus d’un kilomètre à pied de mon hôtel. Pour ménager mes genoux, mes pieds et mon sac, j’étais prête à prendre un taxi, mais il restait toujours la problématique du fait que je n’avais pas de sous. Je me préparais donc à marcher jusque là, quand j’ai eu la bonne idée de réaliser qu’en fait, le trajet du bus passait surement pas loin de mon hôtel. Restait encore à savoir où descendre exactement. Heureusement, comme d’habitude, je m’étais dessinée une petite carte avec le nom des rues qui pouvaient m’être utiles pour atteindre l’hôtel. Non loin de celui-ci, il y avait notamment une sorte de place. J’ai donc pour la première fois essayé de formuler une demande en portugais. J’ai demandé au chauffeur de bus s’il passait par cette place et s’il pouvait me déposer. Bon j’avoue, j’ai plus demandé en espagnol qu’en portugais. Il avait l’air d’avoir compris ce que je voulais, mais il n’avait pas l’air de bien connaître la place. J’ai donc commencé à porter moi-même attention aux noms des rues et à mon environnement pour estimer quel serait le meilleur moment pour descendre. J’ai alors remarqué que l’on circulait sur une route que j’avais dessinée, et que celle-ci menait directement à la place. Ce que je n’avais pas dessiné mais que j’avais remarqué en le faisant, c’était que la Poste se trouvait au niveau de cette place. Aussi, quand j’ai vu une sorte de place au bout de la rue, et qu’en plus il y avait la Poste, j’ai dit au chauffeur que je voulais descendre ici. J’ai bien fait, car ce n’était pas à cette place qu’il était en train de m’emmener. En plus, je ne me suis pas trompée d’endroit. Quelques minutes plus tard, j’arrivais à mon hôtel. 

L’hôtel était bien foutu, et avait une atmosphère tranquille. Du coup, après avoir réglé tout ce que j’avais à faire, je me suis plus ou moins relaxée tout l’après-midi. J’en avais besoin avec le rythme de folie que j’avais adopté ces derniers temps, et aussi avant un long bus de nuit que je prendrai le lendemain pour aller à São Paulo.


Etapes :
Foz do Iguaçu

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par véro

le 25/08/2012 à 23:55:38

De retour de Montargis, je reprends le feuilleton là où je l'avais laissé. En lisant l'anecdote de la sortie du bus au bon endroit dans une ville inconnue et sans parler la langue du chauffeur, je me dis que s'il y a des baroudeuses semi-pro, tu en fais désormais partie !!

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 26/08/2012 à 15:42:36

ça serait quando même cool que je puisse gagner des sous en faisant ça !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty