Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Mexique
Date du message : 11/01/2012
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Palenque, Misol Ha et Agua Azul

Jeudi dernier, après 3 jours passés à San Cristobal de las casas, j’ai enfin quitté le froid pour aller dans un endroit au climat tropical : Palenque. Cette ville fait toujours partie du même état que San Cristobal : le Chiapas. Il faut faire environ 5h de bus pour l’atteindre. Au Mexique, il n’y a pas le même système de navettes qu’au Guatemala, mais on n’en a pas besoin car le système de bus est très performant.  De plus, l’insécurité n’étant pas la même qu’au Guatemala, le principe du porte à porte n’est pas essentiel.

Voici une petite description de leur système de bus. Tout d’abord, il y a différentes classes : la première et la seconde. Si on veut il y a même d’autres bus très hauts de gamme avec quasiment un espace de travail pour chaque personne, mais ça coûte très cher. Sinon, vous l’aurez deviné, les billets de bus de première classe coûtent plus cher que ceux de seconde. Généralement, les locaux voyagent donc en seconde, et les touristes en première. Concernant la différence de service entre ces deux classes, il y a premièrement le temps de trajet. Un bus de seconde classe va s’arrêter beaucoup plus souvent et va des fois prendre une route moins directe. Le temps de trajet peut alors être doublé par deux. Ensuite, on retrouve toujours des toilettes et des télévisions (collectives) dans les bus de première, tandis que c’est beaucoup plus rare dans les bus de seconde. Cela dépend des compagnies. En effet, il y a beaucoup de compagnie de bus, et chaque « marque » de bus correspond à un standard différent. Même les terminaux sont différents entre les compagnies. Dans certaines grandes villes, il peut y avoir 4 ou 5 terminaux différents. Il ne faut donc pas se tromper, même si en général c’est assez simple : un terminal première classe et un terminal seconde classe. Pour acheter les billets, on peut aller soit directement au terminal, soit dans un guichet du centre-ville quand il y en a un. Mais quel que soit l’endroit, le système est le même : une fois la destination et l’horaire fixés, un dessin du bus avec les places encore disponibles s’affiche, et on peut choisir quel siège on souhaite avoir. Côté sécurité, tous les bagages de soute sont étiquetés, et on reçoit l’autre bout du ticket pour pouvoir récupérer notre sac à l’arrivée.

 

Pour aller à Palenque, j’ai pris un bus de seconde classe, deux fois moins cher que ceux de première. Du coup, je n’avais le choix qu’entre deux horaires : tôt le matin ou à 14h45 de l’après-midi. C’est ce dernier que j’ai choisi, même si cela me faisait arriver vers 20h à Palenque, car je voulais encore pouvoir profiter de San Cristobal le matin. Le seul problème, c’est que le bus avait pas mal de retard. Il n’a dû quitter San Cristobal que vers 15h30 ou plus, je ne me rappelle plus bien. Le fait est que du coup, je ne suis arrivée que vers 21h à Palenque. La nuit étant déjà bien tombée et ne connaissant pas la dangerosité de la ville, j’ai une fois de plus décidé de prendre un taxi jusqu’à mon hôtel. Je préfère prendre des précautions. Si jamais il m’arrivait quelque chose, je m’en voudrais toujours d’avoir tenté ma chance pour 25 Pesos.

 

Ma première journée à Palenque fût consacrée à faire quelques courses et à visiter la ville. Cela ne m’a pas pris beaucoup de temps car là-bas, ce n’est pas la ville qui est intéressante. Ce sont les ruines mayas qui se trouvent à juste quelques kilomètres de là. Le reste du temps, je me suis donc reposée un peu car en ce moment je vis à un rythme d’enfer ! Que ce fût agréable de pouvoir enfin profiter de la chaleur et du soleil ! Bon, il y a quand même un inconvénient : les moustiques. La nuit, ça va. Je pense à mettre de l’anti-moustique et tout ça, mais le jour j’oublie des fois de le mettre, et comme les moustiques de là-bas sont invisibles, on est déjà couvert de boutons quand on se rend compte qu’il y en a.

Le soleil et la chaleur m’ont aussi permis de faire quelque chose dont j’avais très envie depuis longtemps : une machine à laver ! Comme vous le savez, durant mon voyage je lave mes habits à la main. Il n’empêche qu’il y a certaines choses comme mon petit duvet que je ne peux pas laver comme ça, et que la machine est quand même plus efficace. Les habits ressortent plus propres. Il y avait aussi le cas de ma veste. Au départ, elle était blanche. Avant le trek, elle était déjà beige, et après, elle était presque brune. Il fallait donc que je la nettoie absolument. Mais j’avais un problème : quand j’étais dans des endroits où il faisait froid, je ne pouvais pas me permettre de m’en passer, tout comme mon petit duvet qui me servait de complément de couvertures. Mais à Palenque, je n’en avais plus besoin. Le moment idéal était donc venu. À l’hôtel, ils avaient un service de laverie, mais qui incluait un passage au sèche-linge. Comme mes habits sont faits de matières assez fragiles, il était hors de question pour moi qu’ils sèchent par ce moyen. J’ai donc demandé s’il était possible de les faire sécher au soleil. Ils m’ont répondu que oui, mais que seulement cela prendrais plus de temps. C’était évident, et ça m’allait. Du coup, je leur ai donné TOUT ce que je pouvais, même ce qui était encore « propre ». Duvet, serviette, veste,… tout y est passé. Il y en avait pour 5kg de linge. J’étais étonnée quand on m’a dit ça. Vu le volume, je m’attendais à plus. Mais du coup, j’ai payé 75 Pesos pour tout ça (environ 4,5¤), ce qui était tout à fait raisonnable étant donné que ce n’est pas une dépense régulière. Le truc que je n’avais pas tout à fait prévu, c’est qu’une fois la nuit tombée, il a commencé à faire un peu plus frais, et que j’aurais bien supporté une petite fourrure polaire. Mais non, je n’avais même pas une serviette pour me couvrir. Quand j’ai demandé au gars du guichet si mes habits étaient secs, il était embêté car il ne savait pas. Il m’a donc emmené à la laverie, d’où j’ai pu voir mes habits en train de sécher, mais elle était fermée à clé. J’ai donc du attendre environ 45 minutes que la personne en charge arrive avec les clés pour que je puisse récupérer mes affaires. Mais quel bonheur ! Tout sentait super bon ! Et ma serviette, qui à force de mes lavages à la main devenait un peu rêche, était toute douce.

 

Le lendemain, j’ai fait une excursion à la journée avec au programme les ruines le matin et des cascades l’après-midi.

Pour les ruines, je n’avais pas de guide pour m’expliquer. Juste une carte d’où je pouvais lire le nom des différents bâtiments, et qui me permettait d’avoir une petite idée de la fonction de ceux-ci : « Le palais », « Le temps des inscriptions »,… De plus, il y avait une petite plaque explicative devant chacun, et de temps en temps je restais à côté d’un groupe pour entendre les explications du guide. Mais globalement, je n’en avais pas besoin. Bien sûr, il est intéressant de comprendre la signification des dessins, mais personnellement je suis plus intéressée par l’histoire du site, et ça, les panneaux pouvaient déjà m’en donner pas mal. Et rien qu’en m’arrêtant et contemplant la grandeur des temples, je passais un bon moment. Après, Tikal m’avait beaucoup plus éblouit, car les sentiers entre plusieurs bâtiment étaient beaucoup moins pavés, et il n’y avait pas tous les petits vendeurs de souvenir tout au long du chemin. Tikal était donc plus mystique, mais Palenque était aussi très intéressant. De plus, à la fin, il y avait un musée qui expliquait encore pas mal de choses très intéressantes. Dans ce musée, on pouvait aussi trouver une reconstitution du tombeau de Pakal, un ancien souverain maya dont la tombe a été découverte il y a environ 60 ans dans l’un des temples du site, encore intacte, inviolée.

L’après-midi, je suis allée voir deux sites de cascades : Misol Ha et Agua Azul. Pour le premier, il s’agissait seulement d’une cascade, mais impressionnante et très belle. Derrière elle, il y a un petit renfoncement ce qui fait qu’on pouvait passer l’observer de là-bas. Difficile d’aller très loin cependant, tant on se faisait éclabousser. Le deuxième site, Agua Azul, était un groupement de plusieurs cascades magnifiques. Un sentier permettait de suivre la rivière pendant un petit moment pour découvrir chacune d’entre elles. Quand j’y suis allée, le soleil était déjà bas dans le ciel, mais en fait cela donnait des reflets qui étaient je pense plus intéressants qu’avec un soleil tapant directement sur l’eau. Je vous laisse découvrir les photos, qui parlent certainement plus que les mots.

 

Enfin, dimanche matin j’ai une nouvelle fois pris le bus, un première classe cette fois-ci mais je n’avais pas le choix, pour aller à Mérida, la capitale de l’état du Yucatan au Mexique. Il m’aura fallu 8h de bus pour y arriver, mais ça, c’est pour le prochain message.



Etapes :
Ruinas de Palenque

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par véro

le 12/01/2012 à 16:39:41

J'avais du temps devant moi cet après midi, j'ai lu tranquillement ton début de périple mexicain. C'est bien de choisir au fur et à mesure les photos les plus belles et les plus riches en souvenir; quand on voyage aussi longtemps c'est un tri qu'il vaut mieux faire au jour le jour. C'est super aussi d'écrire tout ça, tu te reliras toi même avec grand plaisir... et un jour ça deviendra sûrement un joli petit bouquin relié.
L'insécurité au Guatémala : on n'avait pas perçu ton niveau de vigilance... On est contents que tu n'aies pas eu à affronter ce genre de traumatisme. Reste vigilante !


Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 13/01/2012 à 02:13:57

Je pense effectivement qu'en rentrant j'imprimerai toutes les pages du blog pour les relier, et que ça fera un beau pavé. Après un peu plus de trois mois, j'ai déjà écris environ 50 pages Word !
Sinon, ne t'inquiète pas, je suis vigilante. Mais malheureusement, on est jamais à l'abris de tomber sur quelqu'un de mal intentionné.

Répondre à ce commentaire

Par Sophie

le 12/01/2012 à 17:27:56

Comme le dit Véro, tes photos des cascades sont effectivement magnifiques ! Je te reconnais bien à visiter des ruines Mayas, ce genre de choses t'a toujours pas mal intéressée il me semble.
Profite bien de la chaleur !
Bisous,
Sophie

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 13/01/2012 à 02:15:10

Oui ça faisait un moment que je rêvais de visiter des ruines Mayas. C'est maintenant chose faite !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty