Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Brésil
Date du message : 14/09/2012
  Imprimer


 Le piratage de ma carte bancaire sur fond de franchissement de frontière

Rappelez-vous : alors que j’étais au Nicaragua, j’avais eu la surprise de constater que de l’argent avait été débité de mon compte suite à un mystérieux retrait d’argent au Pérou, où je n’avais encore jamais mis les pieds à l’époque. On avait cloné ma carte bancaire. C’est en fait un risque que l’on prend à chaque fois que l’on utilise un distributeur de billets. Les malfrats y installent un dispositif qui permet le clonage des cartes. Bien sûr, la plupart des distributeurs sont sans problème, mais on ne peut pas reconnaître ceux qui ne le sont pas. Ce système ne leur permet pas de récupérer le code confidentiel, mais ils n’en on pas besoin car il existe encore dans le monde des distributeurs à bande magnétique (qui ne nécessitent donc pas de code). À l’époque, dans mon cas, il s’était avéré que c’était un distributeur d’Antigua Guatemala qui était en cause. En effet, la même semaine que moi, la grande majorité des personnes que j’avais connues là-bas ont eu elles aussi la surprise d’avoir de l’argent débité suite à de mystérieux retraits effectués au Pérou. Ma banque ne m’avait cependant pas posé de problème, et un mois plus tard je récupérais tout mon argent. 

Aussi quand, lors de mon dernier soir sur l’île de Santa Catarina, j’ai constaté que des retraits du même type avaient été effectués sur mon compte, je n’ai pas paniqué. Je savais exactement ce que j’avais à faire, et j’ai immédiatement envoyé un email à ma banquière en lui demandant de faire opposition sur la carte concernée. Le truc qui m’embêtait, c’était que là la banque était fermée en France, et que le lendemain je partais pour 17h de bus sans être joignable. En plus, juste après avoir envoyé mon mail, j’ai un message automatique de ma conseillère disant qu’elle était absente jusqu’au 25/08, et qu’en cas d’urgence de devait contacter un gars dont elle m’indiquait l’email. Cependant, le 25 août était passé depuis longtemps, donc je ne savais pas à quoi m’en tenir. Pour être sûre, j’ai quand même envoyé un message au gars en question, mais je n’aimais pas ça car je savais que ma conseillère connaissais ma situation et qu’elle avait bien gérer la première fois. J’espérais donc que j’aurais au moins des nouvelles le lendemain matin avant de partir. Je savais en plus que si rien n’était fait rapidement, la fuite était toujours ouverte, et que je pouvais perdre plus que les 300¤ déjà envolés. De plus, je n’étais pas aussi confiante que la dernière fois sur mes chances de récupérer cet argent. La grande différence étant que cette fois-ci, le retrait a été effectué au Brésil alors que j’y étais moi-même. Je n’avais cependant aucune idée de la ville dans laquelle le retrait avait été fait. J’espérais que ce soit le plus loin possible de là où j’étais, pour pouvoir éventuellement prouver de manière plus efficace que ce n’était pas moi qui les avais fait. En attendant, j’ai bien rassemblé mes derniers tickets de bus, et j’ai demandé à mon hôtel de me faire un papier disant que j’étais bien chez-eux pendant les cinq dernières nuits. Mais en fait, il y avait autre chose qui m’embêtait par-dessus tout : avec cette carte bancaire, j’avais acheté mon billet de TGV retour de Paris à Montélimar, et je devais avoir ma carte bancaire encore valide pour retirer le billet en question une fois en France. Or, le billet que j’avais acheté était non échangeable et non remboursable. Autant dire que je sentais très faibles mes chances de le récupérer. Je me suis quand même tout de suite mise en contact email avec la SNCF pour voir ce qui pouvait être fait. 

En me levant le lendemain matin, jour du départ, j’attendais donc des nouvelles de ma banque et de la SNCF, mais je n’avais aucun nouveau message dans ma boite mail. C’est n’est donc toujours pas rassurée que je me suis rendue à Florianopolis pour attraper mon bus. Pour ne rien arranger, mon esprit devait aussi se préoccuper d’un autre problème plus immédiat : l’horaire d’arrivée de mon bus à Punta del Este, en Uruguay, était de 3h du matin. Je savais qu’il s’agissait d’une petite ville et que l’Uruguay n’est pas très dangereux comme pays, mais il n’empêche que ce n’était quand même pas évident. J’avais du coup pris soin de réserver un hôtel proche du terminal (à 3 pâtes de maison), mais je prévoyais dans la mesure du possible de prendre un taxi, peu importe le prix, pour ne pas prendre de risque. Mais pour le payer, il fallait déjà que j’aie des pesos Uruguayen, et je n’en avais pas. On m’avait cependant dit qu’il y avait de grandes chances pour qu’ils acceptent des dollars. Encore fallait-il qu’il y ait des taxis à cette heure-ci au terminal. Cela voulait aussi dire que je n’aurais pas une nuit complète pour dormir. J’avais donc décidé de réserver à l’hôtel pour la nuit de mon arrivée, car je ne voulais pas attendre comme une cruche jusqu’à midi pour accéder à ma chambre. Je voulais pouvoir continuer à dormir. J’espérais donc arriver le plus tôt possible à destination. 

Le début du trajet c’est très bien passé. On a même eu droit à un déjeuner gratuit à l’endroit où on s’était arrêtés. Ensuite, alors que nous étions arrêtés au terminal de bus de Porto Alegre, je me suis d’un seul coup rendue compte qu’il y avait un gros néon juste à côté avec écrit dessus « Cambio ». Cela indiquait la présence d’une maison de change. Je suis donc vite descendue du bus et ai échangé un peu de monnaie. Ça me faisait déjà un sujet de moins sur lequel m’inquiéter. Sinon, le moment n’était pas encore venu de me préoccuper du fait qu’on soit ou pas en retard, car je n’avais aucun moyen de le savoir. Ce que je savais en revanche, c’était qu’on devait arriver au niveau de la frontière vers 23h30. Cependant, l’heure venue, il n’y avait toujours pas de frontière à l’horizon. Ce n’est que vers minuit et demi que nous nous sommes présentés au poste frontière brésilien. Nous n’avions pas à descendre du bus car on avait remis nos passeports à la compagnie, et que c’était l’assistant du chauffeur qui s’occupait de tout. Je m’imaginais que ce côté-là de la frontière allait aller assez vite, car il s’agissait juste d’obtenir des tampons de sortie et que nous n’étions pas beaucoup de passagers, mais en fait nous sommes restés là-bas presque une heure. On ne nous a pas expliqué pourquoi, mais j’ai cru entendre le gars dire qu’il y avait eu une panne informatique ou un truc comme ça. Il était donc déjà 1h30 du matin, et nous n’avions passé que le côté brésilien ! Plus loin, nous sommes arrivés au poste de frontière Uruguayen, et là tout est allé beaucoup plus vite, même si ça n’a pas été instantané. En fin de compte, il était 2h du matin quand nous avons repris la route. Je savais donc que nous allions avoir du retard, et j’avais même du mal à m’imaginer comment nous allions traverser tout l’Uruguay et atteindre Punta del Este, qui se situait sur la côte Sud, avant 5h du matin. En effet, dans ma tête, la forme de l’Uruguay représentait plus ou moins un carré, et je savais qu’il ne fallait pas moins de 4 ou 5h pour aller d’Est en Ouest. Dans ce cas-ci, nous traversions l’Uruguay du Nord au Sud, en longeant la côte Est. Mais en réalité, l’Uruguay a une forme bien différente. Le côté Est est nettement moins long que le côté Ouest car le Brésil s’avance considérablement dans l’Uruguay sur une petite largeur le long de la côte.  

Au final, c’est vers 4h30 que le bus est arrivé à Punta del Este. Heureusement, il y avait un taxi qui était là. Il m’a arnaqué sur le prix de la course, parce que 5$ pour à peine 300m c’est beaucoup, mais je lui ai donné cet argent de bon c½ur. Il n’était donc pas encore 5h du matin quand j’ai enfin pu me glisser pour de bon au lit. J’y suis allée directement sans prendre le temps de vérifier mes mails, et ce n’est donc qu’une fois réveillée que j’ai pu me rendre compte que mes ennuis de carte bancaire n’étaient pas terminés. Mais je vous expliquerais tout ça dans mon prochain message sur Punta del Este.


Etapes :
Florianópolis
Porto Alegre
Chuí

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Valerie

le 15/09/2012 à 10:05:57

Coucou,
J'ai enfin reussi a me"reconnecter" et ai rattrapé mon retard dans la lecture de tes aventures... Encore une fois, beaucoup de peripeties et toujours une fin heureuse ! (enfin, je l'espère pour ta CB).
Nous recevons bien toutes tes cartes et le mur du bureau de Mansouria en est tout recouvert. La place va manquer...
Bonne continuation et à bientôt de lire un nouvel épisode.
Valérie

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 15/09/2012 à 14:12:32

Ah c'est bien ! Je suis contente que ça remarche. Je ne sais pas d'où venait le problème...

Répondre à ce commentaire

Par Valérie

le 15/09/2012 à 17:03:41

Peut-être de croire que tu étais sur le retour !!!!
Enfin, nous avons hate d'entendre le récit de tes aventures de vive voie.
De plus, tu as un réel talent de "conteuse", il va falloir songer à te recycler.
Quelle est ta prochaine étape après le Brésil ?

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 15/09/2012 à 19:18:12

La prochaine étape est l'Uruguay, où je suis actuellement. Le prochain message est consacré à ma première étape là-bas.

Répondre à ce commentaire

Par Valérie

le 15/09/2012 à 17:05:04

OUPS ! "de vive voiX"

Répondre à ce commentaire

Par Nanou

le 16/09/2012 à 21:01:02

Bravo pour le calme et les bonnes réactions, je crois que moi un truc comme ça me rendrait malade!
Curieuse de connaitre le denouement de ectte histoire de CB
Sinon, je te suis en pointillé Céline, un peu honteuse de mon manque d'assiduité, mais je te lis tjs avec le sourire, c'est comme si je t'entendais raconter !
Bisous

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty