Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Brésil
Date du message : 02/09/2012
  Imprimer


 Je vais à Rio !

Pour aller à Rio de Janeiro depuis Ilha Grande, ce n’est pas forcément très évident. Pour moi, le fait que je souhaite en plus faire ce voyage un dimanche compliquait les choses. Je m’explique. Il y a deux villes vers lesquelles on peut aller avec le ferry : Angra dos Reis (qui est celle d’où je suis venue), et une autre plus au nord, donc plus proche de Rio. Aller à celle plus au Nord fait gagner environ une heure de bus, alors que le ferry met le même temps pour aller aux deux villes. Dans l’idéal, c’était donc vers la ville la plus au Nord que je voulais me diriger. Mais, comme nous étions Dimanche, il n’y avait pas le ferry de 9h du matin, seulement celui de 17h30. Si je voulais partir le matin, il ne me restait donc plus que le ferry de 10h pour Angra dos Reis. En comptant 1h30 de bateau, cela me faisait arriver à 11h30 à Angra. Il fallait ensuite que je prenne un bus que dans le meilleur des cas je ne pourrais attraper qu’à midi, ou sinon une heure plus tard, et que je me farcisse les 3h30 de trajet minimum. Cela me faisait arriver à Rio aux environ de 16h, après quoi il fallait que je prenne sois un taxi soit le bus pour arriver à mon hôtel sur Copacabana. Ce que je n’aimais pas dans cette affaire, c’est que si je prenais une heure de retard quelque part, il serait déjà 17h à mon arrivée au terminal de bus, et donc 18h à mon arrivée à Copacabana. 18h ici, c’est l’heure où le soleil se couche. Or, Rio étant considérée comme l’une des 10 villes les plus dangereuses au Monde, et Copacabana n’étant pas son quartier le plus sûr (même si ça reste raisonnable), je n’aimais pas trop l’idée de prendre le risque de me retrouver de nuit dans cette ville inconnue. 

C’est alors que j’ai découvert en ville que certains packs « transferts express » pour Rio existaient. Ils coûtaient 75 reals (soit environ 30¤), partaient dès 9h du matin, et ne mettaient que 3h30 en tout pour arriver à Rio. Pour moi, cela me permettait donc d’éviter le risque de la nuit. Seulement, si je faisais tout par moi-même, cela ne me coûtait que 4 reals pour le bateau plus 40 reals pour le bus, soit 45 reals en tout. J’en étais donc à me questionner de l’utilité ou non de payer la différence de 35 reals (14¤) entre les deux formules quand j’ai découvert qu’en fait le transfert express ne déposaient pas les passagers au terminal de bus, mais devant la porte de leur hôtel. Là, ça changeait tout, et je n’avais plus à hésiter une seule seconde. En effet, dans le cas où j’aurais dû prendre un taxi du terminal jusqu’à l’hôtel, cela m’aurait coûté beaucoup plus cher de faire le trajet par moi-même. Cette solution de transfert express m’offrait donc l’opportunité de zapper la partie du voyage que je redoutais le plus : du terminal jusqu’à l’hôtel. Et puis comme du coup je m’en fichais de mon horaire d’arrivée, j’ai choisi de ne partir qu’avec le transfert de 13h pour prendre mon temps le matin. 


Le bateau du transfert express n’allait ni à Angra dos Reis, ni à l’autre ville plus au Nord. Il se contentait d’aller tout droit, en direction de la ville du continent la plus proche d’Abraão. Du coup, la traversée n’a duré qu’une heure. Ce coup-ci la mer était plutôt calme, et il y avait moins de vent donc on ne s’est pas fait éclaboussés et on n’avait pas froid.  

Une fois sur terre, le minibus du transfert express a pris le relai. À Abraão, sur les affiches qui ventent les mérites du transfert express, ils mettent en avant que leurs minibus sont climatisés, avec lecteur DVD et tout ça. Heureusement que ce n’est pas pour ça que je suis passée par eux ! Car en effet, s’il y avait bien une télé et surement un lecteur DVD, ce n’est pas pour ça qu’ils les ont mis en marche. Ensuite, il y avait peut-être la clim, mais ça aussi ils ne l’ont pas mise en marche. Et pour cause : la moitié des fenêtres ne fermaient pas. Même la porte coulissante ne fermait pas vraiment. Elle avait l’air bloquée, mais on pouvait voir du jour sur les côtés. C’était en fait plus une carcasse sur roue qu’un minibus. Et je ne parle même pas de la quantité de mouches sorties de nulle part qu’il y avait à l’intérieur ! Comme si tout ça ne suffisait pas, j’ai compris le secret du transfert express : avoir des chauffeurs complètement fou. Le type était un peu marteau. Il ne prenait pas tant de risques que ça, mais il roulait beaucoup trop vite ! On avait beau lui dire de ralentir, qu’on s’en fichait d’arriver plus tard, rien n’y faisait. J’étais contente quand j’ai enfin pu sortir du minibus car j’étais arrivée. 


Dans le prochain message, je vous parlerai de ma découverte de Rio.


Etapes :
Abraão
Rio de Janeiro

Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty