Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Brésil
Date du message : 07/09/2012
  Imprimer


 Je reprends la direction du Sud

Après mon séjour à Rio de Janeiro, j’avais prévu d’aller à Ouro Preto, une ville un peu plus au Nord, et à l’intérieur des terres. Il y avait environ 8h de bus pour y aller, ce qui était très raisonnable. Le gros problème venait des horaires de bus. Il n’y avait que deux bus par jours qui y allaient. Un qui partait très tôt, à 7h30, et un qui partait très tard, à 23h30. En temps normal, prendre un bus à 7h30 ne me ferait pas peur, sauf que j’étais à Rio, et que pour aller au terminal de bus il fallait compter environ une heure de trajet. Pour être sûre d’arriver à l’heure, cela impliquait donc que je doive être prête à partir avec toutes mes affaires dès 6h du matin, et je n’avais pas envie de m’embêter. Quand au bus qui partait le soir, il était trop dangereux de se rendre au terminal à cette heure dans autre chose qu’un taxi. Or, la course jusqu’à là-bas est très chère déjà en temps normal (environ 25¤), alors je ne vous dit même pas de nuit ! Du coup, je me suis posée la question de savoir si cela valait vraiment le coup d’aller là-bas, et je me suis dit que non. C’est ainsi que j’ai décidé d’aller directement à ma destination suivante, située beaucoup plus au Sud : Florianopolis. 

Maintenant que j’avais décidé ça, il fallait quand même que j’organise mon transfert là-bas. En bus, le trajet dure environ 18h et coûte environ 60¤. Cela valait donc le coup de jeter un ½il au prix des billets d’avions, qui font souvent l’objet de promotion ici au Brésil. Et effectivement, j’en ai trouvé un au prix de 30¤ à peine. Seul inconvénient : il partait à 6h30 du matin. Sachant que pour les avions il faut être sur place longtemps à l’avance, j’ai tout de suite rejeté la possibilité. Il y avait ensuite d’autres vols de proposés environ au même prix que celui du billet de bus. Ils partaient à une heure plus correcte, mais ils arrivaient à Florianopolis un peu tard. Pas énormément, mais de nuit quand même. Je n’étais donc pas super intéressée, d’autant plus qu’il me faudrait ajouter au prix celui des taxes d’aéroport, et de je ne sais encore quels autres frais. Les billets qui avaient une heure de départ et d’arrivée acceptable étaient tous plus chers (environ 80¤). Or, il se trouvait que le bus partait à une heure très pratique, à 14h30, et arrivait à une heure tout aussi pratique : 8h30 du matin le lendemain. Sachant que j’étais à présent tout à fait habituée au long trajet en bus, que ça ne me dérangeait vraiment pas – je ne vais pas dire que j’aime, mais presque –, que j’arrive tout à fait à dormir et à être en forme le lendemain, et qu’en plus ça me faisait économiser une nuit d’hôtel, je n’ai en fait pas hésité longtemps avant de me décider pour le bus. 

Restait encore à acheter mon billet, ce qui n’était pas possible sur Internet. Je ne voulais pas non plus faire deux heures de trajet aller-retour pour aller l’acheter au terminal. Mais sur le site de la compagnie de bus, j’ai trouvé l’adresse d’une agence de voyage dans le coin, où je suis donc allée m’acheter le billet. J’ai juste dû payer 4 reals de plus que si je l’avais acheté au terminal, mais sachant que ça m’aurait coûté 6 reals d’aller là-bas, ça ne me dérangeait pas. Seul petit souci : je ne pouvais pas payer en carte bancaire, et après avoir payé en liquide, je n’avais plus assez sur moi pour tenir lors de mon séjour à Florianopolis. Car en fait, Florianopolis n’était pas vraiment l’endroit où j’allais. En effet, cette ville est située à cheval entre le continent et l’île de Santa Catarina, les deux étant connectés par un pont. La ville en elle-même, vous l’aurez compris, ne présente pas d’intérêt. Il fallait un peu s’enfoncer dans l’île pour que ce soit intéressant. J’avais réservé un hôtel dans une petite ville où on m’avait prévenue qu’il n’y avait pas de distributeur de billets. Donc, avant de quitter Rio, je suis vite allée faire un petit tour au distributeur situé au niveau de la station de métro, à deux pas de mon hôtel. C’est surement l’erreur qui m’aura coûté le clonage de ma carte dont je vous ai parlé dans mon précédent message. 

Si je vous raconte tout le cheminement qui m’a conduit à avoir mon billet de bus en main et savoir où j’allais dormir deux jours plus tard, ce n’est pas parce que celui-ci était exceptionnel, loin de là. Je ne vous parle souvent que de mes difficultés une fois sur le chemin, mais finalement assez rarement des difficultés d’organisation qui sont en fait une préoccupation constante et qui occupe beaucoup de mon temps. Je ne suis pas la seule. Souvent, avec les personnes que je rencontre, on se dit qu’on passe presque autant de temps à voyager et à visiter qu’à planifier. Et plus on bouge, plus ces préoccupations sont fréquentes. J’ai par exemple eu énormément de mal à mettre en place mon séjour à Rio, et à peine arrivée là-bas, il a fallu que je recommence avec la destination suivante. C’est surtout ça qui est épuisant à la longue… et qui peut en partie expliquer mon goût de plus en plus prononcé pour les longs voyages en bus. Ce sont des heures de tranquillité, où je n’ai besoin de penser à rien, et ça fait du bien. 


Mais comme d’habitude donc, tout était réglé pour le jour J. S’il n’y avait pas eu cette histoire de linge sale la veille, tout aurait donc été en place pour que je m’endorme sereinement. Du coup, ce n’était bien entendu pas le cas, et je n’ai pas pu profiter de ma dernière matinée à Rio alors que pour une fois il y avait du soleil, car je devais courir après mon linge. 

C’est vers midi que j’ai quitté mon hôtel pour commencer à me diriger vers le terminal. Le moins cher pour ça était de prendre un bus à tourniquet. C’était tellement moins cher que le taxi que je n’avais pas vraiment le choix sur ce coup là. Mais c’était un bus direct dont la fin de la ligne était au terminal, et je commençais à avoir l’habitude de gérer avec ces bus et mon gros sac. En plus, comme c’était la ligne pour aller au terminal de bus, le chauffeur était surement habitué aux baroudeurs avec un sac encombrant sur le dos. Juste pour info, leurs tourniquets sont tellement mal foutus qu’il est même difficile de les franchir avec juste un petit sac sur le dos. Mais du coup, dès que le chauffeur m’a aperçue, il m’a tout de suite fait signe de monter par l’arrière et il m’a ouvert les portes. En plus, il y avait un siège strapontin dans le bus, où je pouvais caler mon sac juste à côté de moi sans gêner personne, alors c’était parfait. Je n’avais plus qu’à attendre d’arriver là-bas. 

Comme prévu, cela m’a pris bien une heure pour arriver au terminal de bus. J’étais là tôt par rapport à mon heure de départ, mais ce n’était pas un problème. Je me suis installée sur un siège et j’ai attendu avec un livre jusqu’à un quart d’heure avant le départ, quand le bus est arrivé. Ce dernier était loin d’être plein, et j’ai eu la place à côté de moi libre pendant tout le trajet jusqu’à Florianopolis. Ce trajet c’est d’ailleurs déroulé sans problème. On a juste pris un peu de retard sur la fin car on s’est retrouvé dans les bouchons. Ce n’est donc que vers 9h30 que le bus est arrivé.

Une fois à Florianopolis, mon voyage n’était pas terminé car il me fallait encore aller jusqu’à Barra da Lagoa, la petite ville où était mon hôtel. Pour ça, je me suis d’abord rendue au terminal de bus locaux, à 200m du gros terminal. J’ai payé mon entrée dans le terminal et j’ai passé un tourniquet, normal celui-là, sans problème. Je savais que je n’aurais pas à passer celui du bus, donc j’étais contente. Ensuite, j’ai cherché le bus qui partait pour Lagoa da Conceição, ainsi que me l’avait indiqué mon hôtel. J’avais de la chance car il était déjà là et n’a pas tardé à partir. Là aussi, il y avait le même siège strapontin très pratique pour moi. Une demie-heure plus tard, j’arrivais au terminal de Lagoa da Conceição, où je pouvais prendre mon bus de connexion pour Barra da Lagoa sans repayer de ticket. J’ai là aussi peu attendu, et un quart d’heure plus tard j’étais à destination. Leur système de bus est vraiment bien foutu, et très intuitif… du moment qu’on a une carte de l’île pour comprendre par où il faut passer. À la place, j’avais toutes les indications sur les numéros de bus à prendre, fournies par mon hôtel, donc c’est aussi pour ça que tout s’est bien passé. J’ai ensuite marché 5 minutes et j’ai trouvé mon hôtel. Celui-ci était dans un coin super sympa, surplombant une petite plage avec de belles vagues. Je n’avais plus qu’à me poser… et à commencer à préparer mon prochain déplacement.


Etapes :
Rio de Janeiro
Florianópolis
Lagoa
Barra

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par véro

le 08/09/2012 à 23:10:19

J'ai l'impression que tu te déplaces de plus en plus vite et de plus en plus loin....tu as des contraintes de temps ou de circuit à boucler ? Du coup c'est sûr que l'organisation te monopolise beaucoup et semble presque épuiser un peu ton énergie ...L'incident de la carte bancaire aussi a du t'épuiser un peu moralement... tu vas arriver à te faire rembourser par l'assurance de ta banque ? Et les billets pré-payés ?

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 09/09/2012 à 01:28:45

Le Brésil étant un grand pays, cela amenait forcément de grands voyage. La distance entre deux endroits intéressants est parfois gigantesque. Alors quand il existe des bus qui me permettent d'aller directement d'un de ces endroits à l'autre, même si c'est loin, je n'hésites pas. En effet, il est souvent plus difficile de trouver des auberges de jeunesse pas chère dans des coins pas intéressants.
Après, ce n'est un secret pour personne, j'ai acheté mon billet d'avion retour. Depuis cette date, j'ai effectivement de nouveau une contrainte de temps. J'ai un parcours que j'ai prévu de faire, il j'ai fait des calculs approximatifs pour savoir combien de temps j'ai à chaque endroit. Il m'arrive de rester plus longtemps que prévu quelque part, et j'essaye donc de rattraper ailleurs. Mais en fait, ces derniers temps, j'ai plusieurs endroits où j'avais prévu d'aller qui sont plus ou moins tombés à l'eau, alors du coup je suis en avance. Depuis quelques jours, je prends mon temps (mais vraiment !), mais du coup je m'ennuie presque. En fait, j'aime l'action et cette vie à 100 à l'heure. ça ne me bouffe pas de l'énergie, ça m'en donne encore plus. Effectivement, l'organisation me monopolise beaucoup, mais ce n'est pas nouveau. C'est mon quotidien depuis un certain temps maintenant : ne jamais savoir de quoi demain sera fait et essayer de deviner.
Pour l'incident de la carte, je crois que moralement j'ai réussi à le dépasser. Le dossier "fraude" est complet, j'ai réussi à faire toutes les démarches depuis là où je suis (je n'ai même pas eu besoin de l'aide de maman sur place). Il n'y a plus qu'à croiser les doigts pour que je puisse revoir la couleur de mon argent. Les billets pré-payé, c'est une autre histoire. Il est probable qu'ils soient perdus à tout jamais.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty