Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Celine
Age 25
But du voyage Tourisme
Date de départ 03/10/11
Nom Cetre
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Voyageuse dans l'âme, voilà que je me lance dans un nouveau défi : après l'Australie, place à l'Amérique Latine. 1 an, c'est le temps dont je dispose pour en faire le tour. Quasiment tous les pays de cette région du globe seront visités.
Le challenge s'annonce plus compliqué que lors de mon précédent voyage. En effet, en Australie je n'avais pas vraiment à me soucier de problèmes tels que l'insécurité, les dangers sanitaires, ou encore le passage de multiples frontières. À cela s'ajoute la barrière de la langue, puisque je ne parlais pas un mot d'espagnol au moment de partir. Mon périple va donc débuter par deux mois de cours d'espagnol au Guatemala, logée chez une famille guatémaltèque. S'en suivra 1 mois de volontariat, toujours au Guatemala. Ensuite, ce sera l'aventure. J'irais où le vent me mènera.
Note: 4,9/5 - 50 vote(s).



Localisation : Panama
Date du message : 06/04/2012
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 «Vous avez trouvé le paradis perdu »

Cette phrase était affichée sur le panneau indiquant l’emplacement de l’hôtel ou je suis allée pendant deux jours, au milieu de la jungle. Le nom de cet endroit : « Lost and Found Lodge ».

Ce mardi matin, j’ai donc quitté les Caraïbes et Bocas del Toro en direction de la côte Pacifique du Panama, mais en me faisant déposer par le bus à peu près à mi chemin entre les deux mers. Pour ça, j’ai tout d’abord pris un bateau jusqu’à la ville d’Almirante. Là-bas, j’ai marché jusqu’à la station de bus pendant plus de 20 minutes. Je pensais que c’était plus près que ça ! Sinon, j’aurais surement pris un taxi vu que la course ne coûtait que 1$. Je n’ai ensuite pas attendu bien longtemps avant le départ du minibus. Mais avant de monter dedans, je me suis bien assurée que le chauffeur savait où me déposer. Il a aussi fallu que je négocie ferme le prix car ils voulaient me faire payer le prix du trajet jusqu’au terminus du bus. Mais je savais qu’ils avaient des grilles de tarif donc je n’ai pas lâché l’affaire en leur demandant à voir la grille, et là ils m’ont enfin baissé le prix. J’ai gagné 1,50$. Ce n’est pas grand-chose mais c’est déjà ça. En ajoutant 1$ de plus que j’avais économisé en prenant un bateau avec une compagnie moins chère que la plus populaire, j’avais quand même économisé 3,50$ en 1h, ce qui n’est pas mal.

Au départ du bus, nous étions presque au niveau de la mer. Le ciel était gris, mais il ne pleuvait pas. Rapidement, nous avons commencé à faire notre chemin à travers les montagnes et à prendre de l’altitude. En conséquence, nous nous sommes rapprochés petit à petit des nuages. Au bout de 2h30 de route, alors que je savais que je commençais à approcher de ma destination (oui, le seul moyen de se repérer est de mesurer le temps de parcours), il s’est mis à pleuvoir quelques gouttes. En temps normal, ça ne m’aurait pas plus gênée que ça. Sauf que pour atteindre la Lodge, je savais qu’il me faudrait marcher pendant à peu près 15 minutes au milieu de nulle part. S’il se mettait donc à pleuvoir plus, j’étais grillée.

Quand l’aideur du bus m’a indiqué que le moment de descendre était venu, il pleuvait toujours. Je n’ai donc pas perdu beaucoup de temps. J’ai mis mon sac sur le dos et je me suis mise en route sur le chemin indiqué par les panneaux. Il s’agissait d’un vrai sentier de montagne, et ça grimpait sec ! Il est utile de préciser qu’à ce moment là, j’avais à peu près 17 à 18kg sur mon dos, et environ 7kg sur mon ventre. Je venais de passer 3h assise sans bouger dans le bus, et d’un seul coup j’ai demandé à mes jambes de fournir un gros effort pour hisser tous ces kilos pas après pas. Erreur fatale ! Je n’avais pas fait quelques mètres que je sentais déjà mes mollets tirer. C’était très douloureux, mais je n’avais pas d’autre choix que d’avancer car les quelques gouttes de pluie du début devenaient de plus en plus grosses. Je menais donc une course contre la montre. Finalement, la montée à duré 20minutes. De temps en temps, il y avait des petits panneaux d’encouragement le long du chemin. À un moment, il y avait même une pierre en forme de bonbon, peinte en jaune, avec marqué « énergie » dessus. J’aurais bien aimé pouvoir en absorber « l’énergie ».

Quand j’ai enfin mis les pieds dans la pièce commune de la Lodge – qui était en fait un grand abri ouvert d’où l’on pouvait profiter à fond de la vue sur la montagne et la vallée – il était grand temps car quelques secondes plus tard la pluie était devenue beaucoup plus intense. À ce moment là, il y avait environ 5 personnes présentes, et j’ai tout de suite senti une ambiance paisible que seul ce type d’endroit reculé peu procurer. Tout le monde était tranquille, personne ne se pressait. La responsable du jour était en train de jouer au scrabble, d’autres étaient en train de lire,… J’ai attendu que le scrabble soit fini pour qu’on me montre mon lit et qu’on m’explique le fonctionnement du lieu.

Tout d’abord, il faut savoir que la Lodge est une éco-Lodge. Elle est située au beau milieu d’une réserve naturelle où il est interdit de couper quelque arbre que ce soit. Ce sont des volontaires qui font tourner la Lodge. Ils s’occupent également de quelques animaux maintenus en captivité (car ils ne sont pas capables de vivre seuls dans la jungle), ainsi que de maintenir les sentiers du coin accessibles et bien signalisés. Etant donné l’isolement de l’endroit, un grand nombre de denrées alimentaires sont mises à dispositions des clients : des pâtes, des fruits et légumes, des ½ufs, de la viande, des yaourts,… Quand on veut prendre quelque chose, il suffit de le marquer sur le papier nominatif qui nous est attribué chaque jour. C’est à la fin du séjour qu’on fait les comptes. Tout est basé sur une politique de confiance. Ainsi, il est possible de cuisiner pour pas trop cher. Chaque soir, il y a une dame qui vient préparer un diner pour ceux qui veulent, mais ça coûte tout de suite plus cher. J’ai ensuite pu découvrir mon dortoir, et j’ai été scotchée ! Il y avait trois étages de lits, doubles et simples, et le dernier était vraiment très haut. En tout, 24 personnes pouvaient dormir là-dedans ! Mais c’était très bien organisé car il y avait un grand casier par lit pour ceux en hauteur, tandis que ceux du bas devaient ranger leurs affaires sous les lits. Bon, moi, je n’ai pas pu observer le fonctionnement réel du dortoir quand il est plein, pour la simple et bonne raison que j’y étais seule la première nuit, et avec juste une autre personne la deuxième. Pour la douche et les toilettes, cela se passait dans un bâtiment séparé. Il fallait faire environ 50m à découvert pour les atteindre. Quand il y a du soleil ça va, mais quand il pleut des cordes c’est moins marrant. Je me suis alors rendue compte que je m’étais habituée au confort des hôtels, car cette situation m’a surprise au début, avant que je me rappelle qu’au camping, c’est exactement comme ça que ça se passe, et ça ne m’a jamais choquée.

 

Comme il a plu tout l’après-midi, je ne suis pas partie faire un tour dans la forêt. En revanche, j’ai commencé à essayer de trouver les indices de la « chasse au trésor » de la Lodge. Il s’agit d’une chasse à grande échelle. Si les deux premiers indices se trouvent dans le périmètre de la Lodge, il faut ensuite arpenter la montagne à la recherche des suivants. Le tout premier indice se trouvait au milieu d’une sorte de labyrinthe dont ce n’est pas si facile que ça de trouver le centre. J’en suis ressortie assez mouillée, et comme je n’avais pas la moindre idée de ce que pouvait signifier l’indice, je n’ai pas cherché plus loin ce jour là. Je ne connaissais pas encore assez l’endroit pour que l’indice me parle. Je le gardais cependant à l’esprit en me disant que ça me parlerait peut-être à un moment ou à un autre. De toute manière, je savais que je n’avais qu’un seul jour entier là-bas, donc que je n’aurais probablement pas le temps de faire les 4h ou plus de marche à travers la forêt pour accomplir la quête. En tous cas, pas si je faisais une balade guidée à travers la jungle avant. Du coup, une fois mon expédition dans le labyrinthe terminée, j’ai lu et joué aux cartes avec des volontaires et d’autres clients jusqu’à ce que la nuit tombe et que l’heure de manger arrive.

 

Le lendemain matin, je m’étais inscrite pour la balade dans la jungle avec Gabriel, un gars du coin qui connait la forêt comme sa poche et qui se construit une maison grâce à l’argent qu’il gagne en faisant des tours pour la Lodge. Le seul problème, c’est qu’il fallait un minimum de deux personnes et que j’étais la seule à m’être inscrite pour ce jour là. Je n’étais donc pas du tout sûre de pouvoir la faire, mais dans le cas contraire, je me disais que ce n’étais pas bien grave car je pourrais toujours faire la chasse au trésor à la place. Mais finalement, Gabriel à dit que c’était quand même bon, donc nous sommes partis marcher vers 8h du matin.

C’est ainsi que Gabriel m’a emmené parcourir des sentiers perdus au milieu de la jungle pendant environ 4h. Nous n’avons pas vu de gros animaux, mais un certain nombre d’oiseaux et d’insectes. J’ai par exemple vu des araignées toutes fines qui se regroupent le soir pour dormir ensemble, et qui n’ont pas de toile. C’est très surprenant. Gabriel m’a aussi beaucoup expliqué l’histoire de cet endroit, qui n’a pas toujours été une réserve naturelle. En effet, autrefois des personnes y avaient construit une maison, et y cultivaient du café, des bananes,… jusqu’à ce qu’elles soient expropriées car le gouvernement avait le projet d’y construire un barrage. Finalement, le barrage s’est fait un peu plus loin, mais ces terres appartenait toujours au gouvernement donc ils en ont fait une réserve naturelle. En marchant à travers la forêt, il était ainsi possible de rencontrer des plants de café et des bananiers, vestiges de cette époque. Le truc cool, c’est que du coup on a trouvé des bananes gratuites à manger le long du chemin.

La fin du sentier était très boueuse et cela descendait. À un moment, j’ai glissé sur une racine et je suis tombée sur les fesses. J’ai bien sûr eu le réflexe de me rattraper avec les mains. Du coup, ça m’a fait un peu mal à ma main droite, mais 5 minutes après tout était redevenu normal. Alors que la balade était presque finie, Gabriel m’a montré un trou dans le sol, repère d’une mygale, et il l’a fait sortir de là à l’aide d’un petit bâton pour que je puisse la prendre en photo. Après ça, comme prévu dans le tour, il m’a guidée jusque chez lui où j’ai rencontré sa femme ainsi que l’une de ses filles. J’ai eu droit à un excellent repas très copieux. Mais une fois de plus, j’ai été impressionnée par les conditions difficiles dans lesquelles ils vivaient. Le reste de l’après-midi s’est ensuite plus ou moins passé comme le précédent.

 

Concernant l’énigme de la chasse au trésor, je ne l’ai résolue que le lendemain matin, peu avant mon départ. Il se trouve qu’il y avait un message caché sur la cabane à outils, écrit à l’envers, qu’on ne pouvait déchiffrer qu’à travers le miroir des lavabos un peu plus loin. J’ai donc découvert quel était le premier endroit où aller dans la forêt, mais je n’avais bien entendu plus le temps pour ça.

 

Je suis maintenant dans une petite ville des montagnes panaméennes, en pleine Semaine Sainte. Les détails sont à venir, dans le prochain message.



Etapes :
Quebrada Seca

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par maman

le 07/04/2012 à 20:57:32

et cela ne te dérange pas de faire toute une ballade en tête à tête avec qq que tu ne connais pas???

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 07/04/2012 à 21:07:21

ça n'a rien à voir avec un tête à tête ! Et puis en plus ce n'est pas comme si on était sur un pied d'égalité vu qu'il était mon guide.

Répondre à ce commentaire

Par Marion

le 08/04/2012 à 11:50:33

Il y a des messages qui me font plus envie que d'autres et celui ci en fait parti! Une vie basée sur la confiance, le respect de l'autre, de la nature, loin de la folie des grandes villes (d'ailleurs un nouveau centre commercial "4 étoiles" vient d'ouvrir à lyon au niveau de la confluence : écrans géants avec la mer et des surfeurs, musique de bruits de vagues (-__-), boutiques très chères, éclairage au néon, beaucoup de pubs, bref un gros bébé né de notre société de consommation qui me donne pas du tout envie). Et j'ai reparlé anglais vendredi soir (après 2 ans sans un seul cours xD) : j'ai une amie anglaise sur lyon (qui parle très bien français), et on est allée prendre un verre en s'obligeant à parler anglais : c'est super sympa et j'arrive à me faire comprendre avec mon french accent et mes verbes pas conjugués ^^.
Je t'embrasse sister ! On se voit bientôt :D

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 08/04/2012 à 14:51:57

C'est cool que tu ai de nouveau pu parler anglais. En meme temps, en anglais les verbes ne se conjugent pas vraiment donc tu ne devais pas etre loin de la verite.

Répondre à ce commentaire

Par Michèle battisti

le 09/04/2012 à 10:45:32

... Et toujours de belles photos avec ton sourire qui en dit long sur le plaisir que tu prends tous les jours à découvrir les lieux, les gens, les animaux, les paysages... Une vraie aventurière ! Bravo !

Répondre à ce commentaire

Par Papa

le 09/04/2012 à 22:27:59

Salut Céline,

J'ai vraiement eu peur que tes mollets explosent sous le poids de tes sacs. Après la main ,les mollets cela aurait fait beaucoup.

mais bravo pour ton courage je n'ai jamais porté aussi lourd en montagne. ce coin perdu du Panama me parait fantastique avec des gens bien sympas et cools.

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 09/04/2012 à 23:45:53

"Exploser", c'est bien le mot. On peut dire que j'avais effectivement la sensation qu'ils allaient exploser. J'allais vraiment à une allure d'escargot avec tout ce poids.

Répondre à ce commentaire

Par véro

le 24/04/2012 à 20:44:23

mais ces 18 + 7 kilos, c'est bien le poids que tu transportes en permanence à chaque fois que tu te déplaces ?

Répondre à ce commentaire

Par Celine Cetre

le 24/04/2012 à 20:57:11

Oui c'est ça, mais sur du plat ça ne pose aucun problème.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Celine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty